Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La Presse Jeunesse

Un groupe du Syndicat des Editeurs de la Presse Magazine

Repères Historiques

L'histoire de la presse des jeunes et de ses groupements

La presse des jeunes : repères historiques

En juillet 1768 sort le Journal d’éducation. Ce périodique pour jeunes - le premier en France, d’après nos recherches – paraît six ans seulement après l’Émile, le fameux manuel d’éducation de J-J.Rousseau.
C’est ainsi que débute « Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants, 1768-1988 » proposée par Alain Fourment.
Après avoir connu des débuts difficiles, elle a trouvé sa personnalité avant de connaître un développement important dans la deuxième moitié du 19e siècle, grâce en particulier, à l’apport de grandes maisons d’éditions.
Au début du 20e siècle la prospérité économique, les progrès techniques, le développement des moyens de communication modifient profondément la société. Une nouvelle presse dont le succès est fondé sur l’image apparaît.
Après avoir essayé de survivre au moment de la Seconde Guerre mondiale cette presse connaît à la Libération une période difficile (nécessité d’une demande d’autorisation préalable avant parution, contingentement du papier)
En même temps que se met en place, en 1949, une loi qui crée des obligations spécifiques à la presse jeunesse, dès 1950 plusieurs journaux recherchent une nouvelle forme de relation avec l’enfant. Ils veulent favoriser davantage l’épanouissement de sa personnalité, développer son esprit critique et son sens créatif, favoriser la prise de conscience de la réalité sociale qu’il découvre.  » Une nouvelle conception du journal pour enfants vient de naître  » constate Alain Fourment. C’est celle que nous retrouvons aujourd’hui, enrichie de l’apport des sciences humaines et des recherches permanentes des diverses rédactions.

Le groupe de la Presse Jeunesse : repères Historiques


La loi du 16 juillet 1949 a créé des obligations spécifiques à la presse des jeunes.
Cinq ans plus tard, en octobre 1954, pour assurer, dans la permanence d’une institution professionnelle, la représentation de leur spécificité dans le contexte général de la presse, les éditeurs de cette presse se sont constitués en syndicat : le Syndicat national des publications destinées à la jeunesse, qui devient en 1992 le Syndicat de la presse des jeunes.
Le syndicat de la Presse des jeunes est alors membre associé du Syndicat professionnel de la presse magazine et d’opinion SPPMO qui est un des syndicats constitutifs de la Fédération nationale de la presse française.
En 2012, la fusion du SPM (Syndicat de la Presse Magazine) et du SPPMO donne naissance au SEPM, Syndicat des Editeurs de la Presse Magazine.
Le Syndicat de la Presse des Jeunes est alors dissous, et devient le Groupe de la Presse des Jeunes. Il est ouvert à tous les anciens membres du Syndicat de la Presse des Jeunes et aux éditeurs jeunesse membres du SEPM.